© 2015 by Flotographie.com Proudly made by Wix.com

La Provençale Sainte-Victoire 2019

La Provençale Sainte-Victoire n'était pas prévu à la base, mais vu qu'on m'a demandé de mettre un stand, c'était une évidence d'en prendre le départ...

Contrairement à 2017, je serai sur le petit parcours et non le grand. Depuis les Bosses de Provence, j'ai remarqué que mise à part l’Étape du Tour qui est une course "à part", je prend beaucoup plus de plaisir à rouler sur des parcours de plus ou moins 100km, plutôt que des longues distances.

Bonne surprise lorsque je récupère mon dossard le samedi, je vois que je suis dans le SAS prioritaire. Pourquoi je ne sais pas, je penses que c'est peut-être parce que je suis exposant, mais en tout cas ça me fait vraiment plaisir.

Dimanche matin levé 6h, même si j'ai un bon dossard, je ne préfère pas prendre risque à arriver au dernier moment. J'arrive un peu plus d'une heure avant le départ.

Bonne surprise, le départ en prioritaire me permet de m'échauffer jusqu'à 10/15min du départ... Pour une fois je ne partirai pas à froid, et en plus j'arrive à me placer en 2ème ligne.

Très vite je vois qu'il y a beaucoup de tension, on a 200 mètres à faire pour se rendre sur la ligne de départ, et certains prennent déjà des risques inconsidérés pour se replacer... Et on manque déjà la chute, alors que la course n'est même pas lancé...

8h45 le départ est donné, déjà il faut vite s’incruster pour sortir du stade, car la sortie se rétrécies fortement au niveau du portail. On est enfin sur la route "normale", et là pendant les 5km en neutralisé, c'est vraiment n'importe quoi...

Ça ne roule pas très vite, mais je ne sais pas pourquoi, ça roule énormément par à-coups... Résultat on arrive à 40km/h en bas d'une descente, on se dit qu'on va monter le coup de cul en force, mais non d'un coup ça freine et on se retrouve à 20km/h sur le mauvais développement... On est seulement en neutralisé, mais pourtant tous ces changements de rythme m'épuisent, sans parler des personnes qui prennent des risques inconsidérés pour remonter, en roulant sur les trottoirs, dans l'herbe ou les bas côtés en travaux, en faisant des écarts de fou... Comme s'ils jouaient leur vie sur cette course...
Il y a même un gars qui s'est littéralement appuyé de tout son corps sur mon épaule, comme si on était dans un sprint houleux de la 1ère semaine au Tour de France...

Ne voulant pas prendre de risque inutile, j'ai perdu forcément quelques encablures dans le peloton, mais rien de dramatique, je suis toujours dans les 30/40 premiers. Je pensais que de rouler en prioritaire me permettrait de rouler avec des coursiers qui savent rouler en peloton, mais il faut croire que non...

Malheureusement je paye les efforts du départ neutralisé,et mes talents de grimpe n'arrange rien... Je décroche au pied de la 1ère difficulté et je peine à retrouver un second souffle. Heureusement le sommet est déjà là, et j'arrive à me retrouver dans un bon groupe.

S'en suit une transition de 15km qui me permet de me refaire une santé... Même si une personne en particulier n'arrête pas de faire des cassures et des écarts qui manquent de me faire tomber à plusieurs reprises... Malgré qu'on soit à l'avant du groupe...

On arrive au pied de la seconde difficulté, ça monte sur un bon rythme, mais vu que c'est régulier j'arrive à m'accrocher... Jusqu'au moment où un gars décide d’accélérer le rythme, ce qui me fait malheureusement décrocher...
Le groupe ralenti (Oui parce que le coureur qui a eu la bonne idée d’accélérer, à lui même explosé quelques secondes plus tard...) ce qui me permet de les garder à distance jusqu'au sommet.

A ce moment là, je rattrape un ami qui un peu dans le dure, donc je décide de ralentir pour l'attendre et qu'on puisse collaborer pour revenir sur le groupe. Sauf que je ne pensais pas qu'il était aussi mal... Et mon petit changement de rythme pour attraper la roue de son coéquipier qui nous dépasse, suffit à le faire exploser... Quand je me retourne 30sec plus tard, je ne le vois déjà plus...

Du coup je continue à rouler avec 2/3 personnes et on rattrape pas mal de gars, à un moment je passes un relais à une personne, qui 30sec plus tard me repasse devant, 10/20km/h plus vite... Obligé de faire un effort pour recoller, et du coup plusieurs gars explosent... Il faudra m'expliquer l'intérêt...

S'en suit une nouvelle transition jusqu'à la dernière difficulté. A ce moment là on est 5, et ça collabore pas mal. On se fait rattraper par un gros groupe de 30/40 coureurs, et j'en profite pour récupérer un petit peu avant le Col de Sambuc. Je reste tout de même à l'avant du peloton pour évité de me prendre des cassures et des à-coups. D'ailleurs je suis assez content de me forcer toujours à rouler devant dans le groupe, car ça m'a évité 2 frayeurs... Il y avait 2 énormes caniveau à sauter sur une petite route, le coup à faire un jolie soleil, ou abimer sa roue avant.

Au pied du Col du Sambuc, comme dans la 2ème difficulté ça roule fort mais sur un rythme régulier. Je fait mon possible pour rester devant, mais je craque à 2km du sommet... Malgré tout content, car sur le gros groupe du début, on était plus que 10, et j'arrive à les garder en point de mire avant de basculer...
S'en suit une descente vraiment technique sur un mauvais revêtement, pas facile d'attaquer dedans car on à toujours l'impression qu'il va y avoir du gravier dans un virage serré... Mais avec quelques gars on arrive à faire une descente correcte sans prendre de risque, et on rattrape l'avant du groupe avant d'attaquer la grande route.

S'en suit les 20 derniers kilomètres (40km/h de moyenne, alors qu'il y a de long coup de cul, qui cassent bien la vitesse) les plus rapide de ma vie, vraiment pas le temps de récupérer... Je crois que mise à part sur les petites bosses dont certaines à plus de 10%, mon compteur n'est pas passé sous les 45km/h... Ça roule vraiment très fort, et la plupart des gens collaborent...
Mise à part le même gars qui fait toujours des relais 10/20km/h plus vite, et qui fait exploser tout le monde, pour qu'on le rattrape quelques kilomètres plus loin. Je n'arrive vraiment pas à comprendre...

D'ailleurs truc assez réjouissant, c'est quant tu déposes sur cette portion les personnes qui m'avaient largué 40km plus tôt, dont celle qui faisait des écarts de fou, ou l'autre qui m'avait fait exploser avec son changement de rythme au pied de la 2ème difficulté, avant de péter lui même... Petit moment de plaisir.

Il y a un paquet de coup de cul jusqu'à l'arrivée, et ça fait vraiment très mal aux jambes, surtout que depuis qu'on a repris la grande route, on est vraiment à bloc... Et l'arrivée dans les faubourgs d'Aix en Provence va rajouter des nouvelles difficultés...
Dodanes, trous, zone de travaux, terre pleins, rond point, la circulation qu'on doit dépasser...etc et tout ça à des vitesses folles, il faut vraiment resté très attentif... On a d'ailleurs pris 68km/h sur cette portion...

Dernier kilomètre de l'arrivée, je décide de ralentir un peu, car on arrive dans une zone de travaux et la route est vraiment en très mauvaise état... Et en plus il faut rerentrer dans le stade... Donc je ne veux prendre vraiment aucuns risques. Je fais l'effort à l'arrivée pour finir en tête du groupe, et finir 265ème sur 557 personnes à l'arrivée.

Je rate pour moins de 10min le diplôme d'or, dommage ça m'aurai permis de peut être repartir sur une autre course en prioritaire.

Le résultat est encore loin de mes espérances, mais je commence petit à petit à retrouver un niveau "potable", surtout quant on voit là où j'en étais au Raid des Alpilles en début de saison.

RDV au Boucle du Verdon pour la prochaine épreuve.

Lien Strava :
https://www.strava.com/activities/2308006862