© 2015 by Flotographie.com Proudly made by Wix.com

Étape du Tour  2019

Je suis quasiment à l'avant du SAS au départ, et j'arrive à remonter en 1ère ligne dès les 1ères rampes à la sortie d'Albertville.Je peux largement suivre les 1ers, mais quand je vois le cardio qui frôle les 180, je décide de me freiner...

 

Le départ est vraiment nerveux, entre ceux qui remontent comme des avions, ceux qui n'avancent pas ou font des écarts de fou...D'ailleurs j'étais dans un groupe rapide, et en dépassant un gros plus lent le gars devant moi m'a complétement envoyé sur l'autre groupe... Résultat j'ai du frotter tel un Sagan pour éviter la gamelle, et je me suis fait gueuler dessus, alors que je fais ce que j'ai pu pour que personne ne tombe...

 

S'en suit une bonne discutions avec une Suissesse en roulant sur un bon rythme jusqu'au ravito de Beaufort. Elle m'a fait d'ailleurs fait rêver en faisant une pause toilette au pied du Cormet, pour me redepasser quelques kilomètres plus loin.

 

Le Cormet de Roseland se passe bien, (Mise à part les grosses douleurs sous les pieds qui commencent au Meraillet, heureusement j'arrive à enlever les chaussures en roulant dans une partie descendante avant le barrage) je fais une bonne descente, même si je suis énormément gêné par des gars qui roulent tout à gauche à 30... Alors qu'en prenant pas de risque j'étais déjà super vite... Quand je vois 85km/h en V-Max, alors que j'ai du ralentir à pleins d'endroit pour pas heurter d'autres gars, je n'imagine même pas la vitesse qu'on peut prendre sur ces routes.

J'ai d'ailleurs fait l'intérieur à une moto de l'organisation sur une épingle.

 

La transition nickel, je recommence à avoir des douleurs au pied avec la 2ème difficulté donc obligé d'enlever les chaussures en roulant dans les faux plats descendant...

 

Longefoy un chantier, il faut super chaud, j'avance pas... A 3km du sommet les douleurs sous les pieds reviennent puissance 10... Je me fait avoir en passant qu'on va attaquer la descente juste après le GPM, malheureusement encore une belle côte...

A ce moment là toujours mes douleurs, et j'ai un petit coup de mou et j'ai du mal à m'alimenter.

 

La descente de Longefoy est tellement technique, et il y a tellement de gens qui n'avancent pas à gauche, que ça devient un vrai calvaire... Au pied j'ai mal de partout, au dos, sous les pieds, les avants bras...etc

 

J'arrive à récupérer avant Moutiers sur les bouts droits... 1er ravito pour moi, faut jouer des coudes pour boire, encore plus avec ces histoires de gobelets... J'arrive malgré tout à remplir mes 2 gourdes, et boire du Perrier et Coca pour changer de l'eau et du produit Isostar.

J’essaie de faire passer la douleur sous les pieds en marchand pied nu et en me massant, mais ça traine... Du coup je force à manger mon sandwich que j'avais dans la poche, mais je perds déjà pas mal de temps à cet endroit... Mon arrêt express s'éternise...

 

Je repart, et je sent que j'ai retrouvé du poil de la bête. Les 1ère rampe de Val Thorens sont une horreur avec la chaleur étouffante, d'ailleurs ils y a des gens de partout dès qu'il y a un coin d'ombre.

 

Perso les jambes tournent bien, je gère bien ma montée, malheureusement au 11ème km mon soucis de pieds me rattrape... Obligé de m'arrêter... Encore 10/15min de perdu...

 

Je repars, et mes soucis de pieds recommencent au ravito de Saint Martin de Belleville, je ne voulais pas m'arrêter mais je n'ai pas le choix... Malgré tout, je n'arrive ce que coup ci pas à m'en débarrasser, donc je reprend la route car je sais que j'ai la famille qui n'est pas loin mais encore 10/15min de perdu...

 

Je m'arrête à leur niveau, récupère 2 autres gourdes bien fraiche et de la nourriture liquide car je ne peux plus manger solide, ma mère me masse les pieds et me met de la bombe froide dessus, mais ça ne passe toujours pas... Je reprends tout de même la route... Mais encore 15min de perdu.

 

La montée est assez facile jusqu'au Ménuire... Mais après le village la douleur est trop intense et je suis obligé de m'arrêter dans une épingle... On recommence le même manège, y a même un motard qui vient me voir pour prendre des nouvelles...Après avoir lâché encore mini 10min je repart et arrive à continuer jusqu'au sommet.

 

Même si la douleur revient 1km avant le paravalanche du sommet, je me fais violence pour ne plus m'arrêter, la petite descente est une délivrance... Et le coup de cul de 500 mètres est juste énorme...

 

Je m'emballe un peu trop au pied, porté par les encouragements des spectateurs... Je cale au 300 mètres, mais vu l'ambiance de malade au 200 mètres, j’essaie de repartir en danseuse...

Juste énorme les gens qui tapent sur les barrières, qui gueulent, j'ai la chair de poule rien que d'en parler...

 

Je franchis la ligne en 8h47, loin de mon objectif... Même si j'améliore de 2000 places environ mon classement de 2018.

Mon compteur indique 8h03 avec les pauses, donc je penses que j'ai du perdre facile 40 minutes sur les arrêts "pieds", sans compter quand j'ai continué à rouler à plusieurs endroits mais moins vite que ce que je pouvais...

Donc je penses être pas loin des 50minutes / 1h de perdu au total. Dommage...

 

Lien Strava :

https://www.strava.com/activities/2552078215